Fil d'actualités

CDSI conçoit un système drone dédié au traitement des nids de chenilles processionnaires

Publié le 23 décembre 2018


Chaque année, la prolifération des chenilles processionnaires pose d’importants problèmes tant pour la santé publique que pour les économies locales. La société francilienne CDSI (Centre Drone Système Ile-de-France), constructeur, opérateur et formateur en pilotage de drones, a conçu une méthode performante d’éradication des nids par système drone.

La chenille processionnaire du pin est une espèce susceptible d’émettre des agents pathogènes à l’origine de réactions cutanées et de troubles oculaires ou respiratoires par contact direct ou aéroporté. Leurs poils urticants peuvent provoquer d’importantes réactions allergiques aussi bien chez les humains que les animaux.

L’impact d’une colonisation d’un territoire par des processionnaires du pin n’est pas négligeable. Dans les départements les plus touchés, la multiplication des nids est une véritable source d’inquiétude sanitaire. Les répercussions d’une invasion non maîtrisée touchent les systèmes économiques locaux, notamment les acteurs du tourisme et d’activités de plein air (camping, golf, …).

Fin 2017, CDSI a développé un drone afin de stopper la prolifération de ces nuisibles par une méthode de traitement phytosanitaire radicale. Un drone porteur embarque une charge utile dont la quantité de liquide est adaptée selon le nombre de nids à traiter. Il est équipé d’une tige gyrostabilisée capable de diffuser le produit avec précision à l’intérieur des cocons des chenilles processionnaires nichés dans les pins. Cette méthode de traitement respecte l’environnement car seules ces chenilles sont détruites. Elle offre en outre l’avantage de préserver les intervenants contre la dangerosité des poils urticants des chenilles et des risques liés aux intervention en hauteur.

« L’enjeu consiste à traiter les nids dès le début de l’automne afin d’endiguer la prolifération », explique M. Guilhot-Gaudeffroy, directeur technique de CDSI. « Une première inspection par un drone spécialisé est souvent recommandée afin de diagnostiquer l’étendue de l’invasion et d’établir la quantité de nids à traiter », précise-t-il. « Nos pilotes de drones sont des spécialistes certifiés par France Agri Mer pour utiliser à titre professionnel des produits phytopharmaceutiques agréés tels que le Bacillus thuringiensis kurstaki (BTK), un produit qui va être ingéré par les chenilles »,  complète Maria Caprian, présidente de CDSI.

Cette méthode par diffusion dans le nid, expérimentée depuis plus d’un an par l’entreprise essonnienne, est désormais validée et déployée sur d’autres territoires. La société multiplie les missions d’éradication de nids et les démonstrations auprès d’élus et d’experts techniques. Car l’enjeu pour développer ce marché réside dans la sensibilisation des acteurs locaux afin de démontrer l’intérêt d’un traitement préventif. « La concertation entre acteurs publics et privés est nécessaire afin d’établir des diagnostics pertinents à l’échelle d’un territoire sur la progression d’une invasion et ainsi permettre de mutualiser les coûts d’intervention », conclut M. Guilhot-Gaudeffroy. CDSI est actuellement engagée dans cette démarche d’accompagnement des collectivités sur les modes opératoires à adopter pour faire face aux processionnaires du pin.

Inscrivez-vous à notre lettre d'informations

Inscrivez-vous à notre lettre d'informations

Vous recevrez toutes les informations de France Innovation directement par e-mail : actualités, webinaires, magazine...

Vous êtes bien abonné(e) à notre lettre d'informations.