Actualités

Matériaux avec contact alimentaire : Rescoll conforte son expertise pour la détection de Bisphénol A

Publié le 29 mars 2019


Les matériaux et objets destinés à entrer en contact avec les denrées alimentaires sont soumis à de nombreuses réglementations à l’échelle française et européenne.
Depuis le 1er janvier 2015 [1], l’usage du Bisphénol A (BPA) est proscrit en France dans la composition des contenants alimentaires (biberons, bouteilles, conserves, etc.) mais la fabrication et l’exportation restent à ce jour autorisées [2].

Entrée en vigueur en septembre 2018, la nouvelle règlementation européenne 3 impose aux fabri-cants un seuil à ne pas dépasser. Ainsi, la migration du BPA dans ou sur des denrées alimentaires provenant de vernis ou de revêtements appliqués sur des matériaux et objets ne doit pas excéder une limite spécifique de 0,05 mg de Bisphénol A par kg de denrées alimentaires.

C’est afin de respecter cette limite de migration spécifique que la SRC Rescoll a offi-ciellement été qualifiée par le COFRAC pour offrir aux importateurs, aux utilisateurs, aux autorités de contrôle, aux associations de consommateurs, aux fournisseurs de matières premières, aux fabricants d’emballages en contact avec des denrées alimentaires,… la possibilité de vérifier et contrôler la quantité résiduelle de BPA dans les contenants, les emballages et tous autres matériaux concernés.

Au-delà des essais permettant de mesurer si une substance comme le BPA a migré dans un simulant, sont menées des analyses offrant l’identification ciblée de certaines autres molécules comme les antioxydants, les solvants rési-duels, les monomères résiduels (comme le méthacrylate de méthyle (MMA). L’entreprise s’appuie sur une technologie de chromatographie liquide (UPLC – Ultra Performance Liquid Chromatography) couplée à une double spectrométrie de masse permettant d’atteindre des limites de détection de l’ordre de 1 ppb (parties par milliard, c’est-à-dire l’équivalent de 1 mg
de polluant dans une tonne de produit) de Bisphénol A, soit mille fois plus sensible que la limite exigée par l’Europe.

À titre d’exemple, la Ville de Bordeaux a récemment confié à deux laboratoires indépendants la réalisation d’analyses chimiques (Rescoll) et biologiques (Atoxygen) sur les assiettes en matière plastique de qualité alimentaire utilisées dans les cantines scolaires afin de vérifier l’absence de transfert vers les aliments d’éléments chimiques ou de perturbateurs endocriniens qui pourraient avoir des effets néfastes sur la santé des enfants. Pour l’ensemble des composés testés, les taux sont largement inférieurs aux limites fixées par le règlement européen UE 10/2011 et même souvent inférieurs à la limite de détection, y compris sur les assiettes présentant les plus grandes altérations sur le plan visuel.

En outre, Rescoll bénéficie de l‘Agrément Ministériel pour procéder aux analyses et aux essais pour la Répression des Fraudes dans le domaine des matériaux au contact des aliments ainsi que dans les dispositifs médicaux, de santé et d’hygiène.

Cette analyse de pointe est évidemment transposable à tout autre secteur d’activité concerné. Par exemple, Rescoll dose également le BPA pour un très grand producteur mondial de matériaux composites, dans le domaine de l’aéronautique.

[1] Loi n°2012-1442 : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000026830015
[2] Décision du Conseil constitutionnel n° 2015-480 QPC du 17 septembre 2015 : https://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2015/2015480QPC.htm
[3] https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32018R0213&qid=1519113031687&from=en

Membre(s) de France Innovation impliqué(s) dans cette collaboration
Logo Rescoll
Inscrivez-vous à notre lettre d'informations

Inscrivez-vous à notre lettre d'informations

Vous recevrez toutes les informations de France Innovation directement par e-mail : actualités, webinaires, magazine...

Vous êtes bien abonné(e) à notre lettre d'informations.