Fil d'actualités

Creathes étudie pour l’Agence Spatiale Européenne (ESA) les applications de la micro et de la nanoencapsulation.

Publié le 8 janvier 2018


L’Agence Spatiale Européenne (ESA) a confié à la SRC Creathes la réalisation d’une étude visant à identifier les applications de la micro et de la nanoencapsulation dans le spatial.
Ainsi, Creathes a mis en œuvre une étude sur dix mois permettant dans un premier temps d’étudier et de classer des sujets d’intérêts en lien avec la qualité de vie, le bien-être et la santé de l’astronaute en vol embarqué, puis d’établir des projets et d’en rédiger les feuilles de route. « Parmi les 10 projets identifiés, deux d’entre eux ont fait l’objet d’une attention toute particulière : la micro et nanoencapsulation de micro-organismes pour le support vie régénératif (c’est-à-dire l’optimisation des systèmes permettant la survie d’êtres humains dans l’espace notamment les ressources vitales comme l’eau et l’air, ou encore le traitement des déchets…) et l’optimisation de l’assimilation des protéines apportées par l’alimentation » souligne Hervé HUILIER, Dirigeant de la SRC Creathes.

Pour la micro et nanoencapsulation des micro-organismes pour un meilleur contrôle des systèmes de support vie bio-régénératifs, l’objectif est d’utiliser l’encapsulation pour placer des micro-organismes dans une sorte « d’état de veille » pour mieux les contrôler, mieux les préserver ou encore augmenter leur durée de vie. Cela pourrait contribuer de manière significative à une meilleure maîtrise des systèmes de support vie bio-régénératifs comme Melissa [1]. Plus généralement, l’encapsulation de micro-organismes pourrait faciliter la culture embarquée de plantes.

Dans le cadre de la Supplémentation des repas en protéines, le concept repose sur l’utilisation de l’encapsulation de protéines pour enrichir l’alimentation, pour enrichir l’alimentation, limitant ainsi la perte musculaire. Elle pourra aider à incorporer des protéines dans les aliments, améliorer la stabilité des substances nutritives dans ces matrices et améliorer leur biodisponibilité en les libérant sur le site d’absorption physiologique.
[1] http://www.esa.int/fre/ESA_in_your_country/Belgium_-_Francais/Survivre_dans_l_espace_apres_sa_reconnaissance_par_l_universite_d_Anvers_le_projet_MELiSSA_continue_sur_sa_lancee

Inscrivez-vous à notre lettre d'informations

Inscrivez-vous à notre lettre d'informations

Vous recevrez toutes les informations de France Innovation directement par e-mail : actualités, webinaires, magazine...

Vous êtes bien abonné(e) à notre lettre d'informations.